Un château abandonné des hommes, au sein duquel les animaux livrés à eux-mêmes ont construit une république. Une démocratie gouvernée d’une main de fer par le président Silvio et sa milice de chiens. Il faut travailler dur pour espérer gagner quelques «boutons» afin d’acheter sa maigre ration quotidienne. Les quelques écarts sont immédiatement réprimés dans le sang. La révolte gronde parmi le petit peuple, le château va bientôt s’embraser. Magnifique réinterprétation de La Ferme des animaux de G. Orwell, cette aventure nous offre des réflexions sur la soif de pouvoir, le communisme et les manipulations de masse. — un coup de cœur de Martin